L'homéopathie, questions / réponses

Il parait qu' « on ne doit pas toucher les granules homéopathiques avec les doigts »

FAUX


 Toucher les granules homéopathiques avec les doigts ne modifie en rien leur qualité et les effets attendus. ...
Toutefois, par mesure d'hygiène, (beaucoup de maladies se transmettent par les mains), il est préférable d'utiliser le compte-granule qui facilite la prise de granules, sans avoir à les toucher.


Il parait que « la menthe et le café sont incompatibles avec l'homéopathie »

FAUX


 Il est recommandé de prendre les médicaments homéopathiques dans une bouche vide et propre, si possible à distance des repas. La menthe et le café, consommés à distance des prises de médicaments homéopathiques, sont sans incidence sur l'efficacité de la prescription.


Il parait que « l'homéopathie, c'est la médecine par les plantes »

FAUX et VRAI


 L'homéopathie est souvent confondue avec la phytothérapie qui s'appuie sur les vertus thérapeutiques des plantes. Au-delà des plantes, l'homéopathie utilise également des substances d'origine animale (venin de serpents, abeilles, encre de seiche, calcaire d'huitres, etc.) et d'origine minérale ou chimique (graphite, soufre, mercure). Autre différence importante en homéopathie, la substance de base (végétale, animale ou minérale) est diluée pour être utilisée à très petites doses. D'où l'expression populaire « à dose homéopathique »...


Il parait que « l'homéopathie, il faut du temps pour que ça agisse »
FAUX et VRAI


 Une des richesses de l'homéopathie est de pouvoir être prescrite dans les maladies aigües (celles qui surviennent brutalement et occasionnellement) et les maladies chroniques (qui reviennent régulièrement).
En aigu, le médecin prescrit un traitement homéopathique sur une période courte (quelques heures ou quelques jours) pour faire disparaitre rapidement les symptômes.
En chronique, le médecin prescrit un traitement homéopathique sur une période plus longue (plusieurs semaines) pour réduire l'intensité et la fréquence des crises du patient ; c'est le cas, par exemple, pour le rhume des foins, la sinusite chronique, l'eczéma, l'herpès, etc.